De l’émergence d’une nouvelle problématique des territoires à la création d’un réseau francophone international et pluridisciplinaire

Depuis la fin des années soixante-dix, le développement local, régional, puis aujourd’hui, de plus en plus, le développement territorial irriguent les réflexions en matière de développement. Au point de craindre, une nouvelle fois, qu’un mode de développement qui repose essentiellement sur la mise en œuvre de spécificités patrimoniales et relationnelles puisse paradoxalement être érigé en modèle de développement déterritorialisé, ce qui est largement le cas d’organismes internationaux comme la Banque Mondiale ou l’OCDE.

Nous pensons au contraire qu’une nouvelle approche territoriale peut déboucher sur un renouvellement de la problématique du développement à condition d’appréhender globalement les interactions relationnelles des acteurs à un niveau méso-socioéconomique et de mettre en œuvre des gouvernances appropriées, capables de faire émerger les spécificités de chaque territoire. Une telle approche nous paraît reposer sur un renouvellement du concept de territoire issu du travail en commun non seulement de la communauté scientifique mais aussi des acteurs de terrain, une approche qui permette d’éclairer les mutations, le changement replacé dans son contexte historique et de construire l’avenir.

Ce regard nous a conduit à nous réunir sous le vocable provisoire de CEDIMES Paris 12 puis à créer formellement le CEDITER en 2011, pour promouvoir une nouvelle approche territoriale qui tente de pallier l’absence trop fréquente de la prise en compte de l’espace dans les Sciences Sociales. En développant une approche systémique, centrée sur l’interactionnel et le relationnel à un niveau méso-social, nous nous efforçons de mettre en place une recherche tournée vers l’action qui privilégie le dialogue entre approche conceptuelle et approche de terrain ( le texte programmatique du CEDITER).

Au vu de l’état des lieux de la recherche depuis une vingtaine d’années, le CEDITER propose aujourd’hui de constituer un réseau francophone ( le mot du Président) reliant les chercheurs des différentes disciplines concernées par l’irruption de la problématique des territoires et les acteurs de terrain confrontés aux nouvelles situations provoquées par la mondialisation et le développement des nouvelles technologies.